Diététique

Les sportifs de haut niveau se préparent de longs mois avant une compétition : entraînement, technique… et régime alimentaire ! Car toute pratique sportive réclame des menus adaptés. Quels sont les besoins liés à une activité physique ? Champions en herbe ou sportifs du dimanche, apprenez à éviter les erreurs nutritionnelles ! Sport : les bons conseils nutritionnels

Sport : les bons conseils nutritionnels

Avant un entraînement ou une compétition, il est important d’adapter son alimentation. Mais pour le jogging du dimanche, la partie de foot entre copains ou le match de tennis du petit dernier, des menus particuliers sont-ils nécessaires ?

Quelques conseils à suivre :

Le nouveau geste forme : boire de l’eau quand je bouge

Elément essentiel d’une bonne hydratation et garante de nos performances physiques, l’eau est à la base de notre vitalité. Et l’été encore davantage ! Pour bien s’hydrater durant les beaux jours surtout quand on fait du sport.

Bien s’hydrater a fait l’objet du colloque « Eau, hydratation et sport »* qui a mis en évidence les besoins et les risques d’une déshydratation.

L’alimentation du sportif

Tout comme pour les personnes les plus sédentaires, l’alimentation du sportif doit avant tout être équilibrée. Néanmoins pour répondre aux besoins de l’organisme soumis à rude épreuve, pour éviter carences et coup de pompe, quelques conseils s’imposent.

La consommation énergétique du muscle est particulièrement importante. Il devra donc majorer sa consommation en énergie ainsi qu’en nutriments (vitamines essentiellement). Le sportif transpire et perd donc ainsi beaucoup de sels minéraux. Le fonctionnement de l’organisme d’un sportif étant plus intense, il « s’use » davantage et à donc besoin d’être « nourri » régulièrement.

Au-delà d’un apport énergétique important, le sportif devra également veiller à consommer suffisamment de vitamines et de sels minéraux.

La nutrition des champions en herbe

Pour un enfant qui pratique deux ou trois heures de sport par semaine, les règles diététiques sont simples. Avant toute activité sportive, l’alimentation doit rester équilibrée, c’est-à-dire pas trop grasse et digeste. Il faut veiller à ce qu’il boive de l’eau plutôt que des boissons sucrées et éviter qu’il ne se gave de barres au chocolat et autres confiseries.

Sportifs : 10 conseils pour bien manger

Lors de la pratique d’un sport, chacun y va de sa formule, de son «truc». Bien des idées fausses circulent. Certaines sont sans conséquence, d’autres plus dangereuses, notamment celles qui touchent à l’hydratation.

1. Un sportif doit doubler ses portions de viande

Faux : il est certes utile d’en consommer régulièrement, ne serait-ce que parce que c’est une très bonne source de fer (dont les besoins sont élevés chez les sportifs), mais une alimentation riche en viande n’augmente pas la masse musculaire, et n’améliore pas les performances.

2. Il faut manger beaucoup de sucre quand on fait du sport

Faux : le sucre entre, bien sûr, dans la ration du sportif. Mais attention aux excès, qui peuvent déséquilibrer l’alimentation et provoquer des hypoglycémies réactionnelles et des « passages à vide ».

3. Pendant le sport, il faut limiter les boissons pour ne pas avoir les jambes « coupées »

Faux : un apport hydrique insuffisant rend, au contraire, l’activité sportive difficile et pénible, et peut provoquer des troubles graves.

4. L’activité sportive augmente le besoin de magnésium

Vrai : le magnésium est utilisé pour la contraction musculaire et le métabolisme des glucides. Un sportif a donc intérêt à privilégier des aliments à haute teneur en magnésium (légumes verts, céréales complètes, fruits secs oléagineux, chocolat…), et certaines eaux minérales riches en magnésium (Hépar, Badoit, Contrex, Saint Antonin…).

5. On recommande de prendre du bouillon de légumes après une épreuve sportive

Vrai : c’est une excellente façon de se réhydrater, tout en aidant l’organisme à reconstituer ses réserves minérales.

 

6. Le café permet d’améliorer les performances sportives

Faux : La caféine apportée par le café stimule la vigilance et peut parfois améliorer les réflexes. Mais, à forte dose (variable selon les individus), elle peut aussi provoquer maux de tête, nausées, tachycardie…

A noter : la caféine à dose pharmacologique pourrait permettre une économie du stock de glycogène, en mobilisant les acides gras libres. C’est pourquoi elle est maintenant inscrite sur la liste des produits dopants : le seuil autorisé (12 µg/ml) permet de distinguer une consommation « normale » d’une charge pharmacologique.

7. Pour augmenter la force musculaire, il est utile d’ajouter des protéines en poudre à l’alimentation

Faux : les muscles se développent d’abord grâce à l’activité physique. Et dans une alimentation bien équilibrée, l’apport de protéines est largement suffisant, même pour les sportifs.

 8. Il faut consommer des fruits secs

Vrai : ils constituent une excellente collation énergétique grâce à leurs sucres naturels aisément assimilables. Ils apportent, de plus, des minéraux très utiles pour l’activité musculaire (potassium et magnésium notamment). A consommer sans hésiter !

 

9. Un supplément de vitamines est nécessaire pour les sportifs
Faux : une alimentation bien équilibrée permet de couvrir l’ensemble des besoins vitaminiques des sportifs. Ce n’est que dans des cas particuliers qu’il peut être utile de renforcer l’apport alimentaire par un complément médicamenteux.

10. Quand un enfant fait du sport, il faut limiter les boissons qu’il prend, pour qu’il ne transpire pas trop

Faux : ce serait une grave erreur ! Il faut, au contraire, inciter l’enfant à boire suffisamment. Quand on se dépense physiquement, la température du corps augmente : la transpiration est un mécanisme de régulation très utile qui permet d’éviter le « coup de chaleur ».

@source